Suizidhinterbliebene Basel / Postfach / 4144 Arlesheim                                                                                                                                                                                                        suizidhinterbliebene@gmx.ch

 

Nous avons rédigé ces textes à l’intention des personnes touchées avec toutes nos connaissances actuelles et avec notre plus grand soin car nous avons vécu cette situation. Les thèmes particuliers ne sont pas traités sous tous leurs aspects. Nous avons formulé ces textes de manière personnelle et tels que nous aimerions les transmettre au public actuellement. Notre démarche est en cours d’évolution et il en va de même pour notre site. Toutes remarques et suggestions de votre part à ce sujet sont bienvenues.

Concept : www.freeworkmedia.ch

SUICIDE –
ET APRÈS ?

IChaque année en Suisse, plus de 1'000 personnes mettent volontairement fin à leurs jours. Les conjoints, les mères et les pères, les filles et les fils, les frères et sœurs, les amis et les amies, continuent à vivre.

Vous apprenez qu’un être proche s’est suicidé. C’est le choc. Vous êtes déconcerté. Vous pensez qu’il s’agit d’une erreur. Vous êtes tiraillé entre la paralysie complète et l’envie de fuir, ou l’envie de vous réveiller et de constater que c’était seulement un mauvais rêve. Avec le temps, vous réaliserez que c’est la réalité.

L’essentiel à présent est que la vie quotidienne puisse continuer pour vous et vos proches, que vous receviez un soutien de votre entourage, de l’assistance et de l’empathie de votre famille, de vos amis et voisins, de votre école ou de votre employeur.

Poursuivre sa vie semble impossible avec les tensions intérieures, le désespoir et le manque de perspectives. Les personnes suicidaires ne sont pas forcément psychiquement malades. Il peut y avoir d’autres raisons : des charges accablantes accumulées au cours des années, une situation insurmontable ou la recherche désespérée de donner un sens à sa vie. Les raisons d’un suicide sont variables. Pour la personne concernée, il semble finalement n’y avoir aucune autre issue à sa souffrance que de quitter ce monde.

Dans cette situation, il ne lui est plus possible de considérer les conséquences pour les personnes qui restent, pour sa propre famille.
Souvent, la personne qui vit ce cauchemar n’exprime pas sa détresse, peut-être par honte ou par égard pour son entourage, afin de ne pas être une charge. Elle se replie sur elle-même.

SUICIDE –
N’Y AVAIT-IL PAS D’AUTRE ISSUE ?

Le suicide est souvent le terme d’une longue souffrance.
 
Une personne qui a survécu à sa tentative de suicide s’est exprimé ainsi : « ce n’est pas une négation de la vie mais une négation de la souffrance ».

Perdre quelqu’un par suicide est une expérience traumatisante. C’est une rupture de la relation, un choc existentiel.
 
Pourquoi ? Pourquoi n’as-tu pas parlé ? Pourquoi n’as-tu pas cherché de l’aide ? Suis-je coresponsable ? Ai-je manqué quelque chose ? Suis-je passé à côté ? Je n’ai rien remarqué, je n’ai rien pu faire. Je me sens coupable, j’ai honte. Et maintenant, comment avoir confiance, en moi-même et au monde ? Comment vais-je m’orienter ? Comment y arriver – sans toi ? Qui se tient à mes côtés ?
 
Avec un suicide, non seulement les certitudes se brisent, mais nous nous égarons.

Vous vous sentez alors certainement sidéré, sourd et insensible. Des pensées, images et souvenirs vous accablent et vous torturent. Vous êtes triste et désespéré, vous êtes démuni, rempli de peur et de désespoir. Vous êtes tendu physiquement, craintif et déconcentré. Vous ne dormez pas bien et vous récupérez mal. Le monde vous semble étranger et inaccessible. Tout semble irréel.
 
Toutes ces réactions sont « normales » face à la situation incompréhensible à laquelle vous êtes directement confronté. L’apaisement vient avec le temps.
 
Si les symptômes décrits persistent trop longtemps, il est conseillé de s’adresser à une personne qualifiée.

APRÈS LE SUICIDE – VOUS CONTINUEZ À VIVRE

L’annonce du suicide d’une personne proche nous bouleverse profondément. Nous sommes submergés de pensées, d’images et de sentiments : douleur, désespoir, peur, tristesse, culpabilité, honte, pour ne citer que les principales émotions.

Dites la vérité après un suicide. Les enfants et les jeunes savent très bien qu’il s’est passé quelque chose de grave. Ils ont des questions, ils ont besoin de réponses, même s’ils n’arrivent pas à l’exprimer. Pour regagner confiance en eux et pouvoir faire confiance, les enfants et les jeunes ont besoin d’un confident fiable dans la période de crise mais aussi à plus long terme. Trouvez le langage adéquat, adapté au développement de l’enfant. Laissez-le prendre part au processus d’adieu et de deuil, même si, sous le choc, il ne peut communiquer ce dont il a besoin et ce qu’il désire. Cependant, ne le forcez jamais.
 
Les enfants et les jeunes savent faire preuve d’empathie – votre enfant essaie probablement de vous consoler, de vous soutenir, vous adulte, ou alors il prend des responsabilités qui le dépassent. Encouragez votre enfant à continuer à vivre sa vie : à aller à l’école, à rencontrer ses amis, à s’adonner à ses loisirs, à avoir du plaisir. Il aura probablement besoin de votre consentement.

Les enfants sont parfois désorientés quand les parents sont trop occupés par leur deuil ou par les tâches de la vie quotidienne. Si vous, parents, vous vous sentez dépassés, cherchez une assistance auprès d’amis de confiance ou de la famille. Vous pouvez toujours aussi faire appel à une aide professionnelle pour vous décharger.
 
Les enfants peuvent également réagir au suicide par des troubles post-traumatiques aigus comme le retrait, la phobie, l’agression, le désespoir, le découragement. Leur attention et leur capacité de concentration s’en trouvent diminuées. Ces symptômes s’atténuent en règle générale après quelques semaines. Si aucun apaisement ne se fait sentir, adressez-vous à des spécialistes compétents.
 
Un cercle de relations élargi dans cette situation difficile est bénéfique aussi bien pour les enfants et que pour vous-même.

ENFANTS ET JEUNES TOUCHÉS

Les êtres humains ont un grand potentiel de survie qui leur permet de gérer les crises, tout comme les enfants et les jeunes. Cependant, ces derniers ont besoin de sécurité, de la protection et du soutien des adultes.

FAMILLE ET

AMIS TOUCHÉS

Vous aussi, vous apprenez la nouvelle avec effroi et êtes touché.
 

Des questions et des hypothèses sur le pourquoi surgissent également en vous.

Notre premier réflexe est d’essayer de comprendre ce qui nous échappe. Nous cherchons des réponses et des explications. Pourtant, ce n’est pas là l’essentiel. Quelqu’un nous a quittés et nous sentons peu à peu monter en nous un profond désarroi. C’est à cela que nous devons nous confronter.

Vous aussi devez faire face à une mort tragique sans aucun adieu et voir vos proches bouleversés et perdus. Soit vous vous taisez, démuni et désemparé, soit vous débordez de conseils et d’hypothèses.

Il faut du temps pour se ressaisir, pour trouver les mots de sympathie et pour faire comprendre à ses proches qu’on est là pour eux. Même si vous êtes intimidé, vous pouvez chercher le contact avec les personnes touchées. La consternation commune unit, même si chaque individu la vit différemment. Vous pouvez aider, agir concrètement et même faire l’expérience personnelle que, malgré toute l’atrocité de la situation, la vie continue. Vos proches ont besoin de vous pour cela.

VOUS TROUVEZ ICI DES AIDES QUALIFIÉES:

Il est possible que vous n’arriviez pas à surmonter l’épreuve seul et que vous deviez avoir recours à de l’aide qualifiée. Votre médecin de famille ou le service d’assistance de votre paroisse peuvent être vos premiers interlocuteurs. Parlez de l’événement, de votre deuil, de vos soucis et de la suite à donner.

 

143    
La Main Tendue

147  
Aide aux enfants et aux jeunes en situation d’urgence

0848 35 45 55    
Elternnotruf

061 261 15 15    
Ärztliche Notrufzentrale Notfallpsychiater

061 325 51 00    
UPK Basel
Notfall für Erwachsene, Jugendliche
und Kinder

 

061 325 81 81     
UPK Basel Akutambulanz    
Offene Sprechstunden für Erwachsene  
Mo bis Fr 8 Uhr – 16 Uhr

061 553 56 56    
Psychiatrie Baselland, Liestal    
Notfall für Erwachsene

 

061 325 82 00    
Kinder- und Jugendpsychiatrie Basel

 

061 553 55 55    
Psychiatrie Baselland, Liestal    
Notfall für Kinder und Jugendliche

 

061 689 90 90    
Zentrum Selbsthilfe Basel